Accueil du siteLa formation humaniste au Collège pour adultes Alice-RivazContributions
Luc Justin HEIMENDINGER
La deuxième voie
lundi 29 septembre 2008

A Genève, l’humanisme est puissamment exprimé dans l’existence même de l’institution. La volonté qui a présidé à sa création était mue selon moi par une profonde sensibilité humaniste. En effet, des professionnels, puis l’exécutif politique et enfin le législateur ont bien compris la besoin qu’il y avait de permettre à celles et ceux qui, pour quelque raison que ce soit, n’ont pas présenté une maturité à la suite d’un cursus scolaire ordinaire, d’y parvenir dans ce que l’on appelle parfois la 2e voie.

Et des adultes ont ainsi pu intégrer une institution issue d’une société compréhensive et généreuse, une institution démocratiquement pure.

Le reste en découle. Si je ne puis m’exprimer sur le contenu des programmes d’aujourd’hui (ma maturité date de 1981), je peux attester que le climat, l’engagement des professeurs comme celui des étudiants est de grande valeur humaniste. C’est sans doute le trait dominant du Collège du Soir devenu Collège pour adultes Alice-Rivaz.

Pour conclure ce bref témoignage, je dirais que l’humanisme se manifeste dans cette école dans l’échange permanent, connu et reconnu, entre enseignants et enseignés. Il y a enrichissement mutuel, certes, mais recherché, avoué et apprécié.J’ai de la gratitude pour une société qui a voulu et nourri un fleuron, discret certes, mais inestimable de la Cité.

Retour