Accueil du siteLa formation humaniste au Collège pour adultes Alice-RivazContributions
Mariette JENNY-LIENGME
Une fenêtre ouverte
lundi 29 septembre 2008

En 1966, lorsque je me suis inscrite au Collège, j’avais déjà un certain bagage : diplôme de l’École de commerce de Saint-Imier (où, à côté des branches commerciales, une large part était accordée à l’enseignement des langues et des littératures) ; diplôme de l’École d’études sociales de Genève […].

J’ai ressenti ces quatre années au Collège du Soir comme une fenêtre ouverte, une occasion de m’enrichir. Mon but premier était la maturité pour entrer ensuite en Faculté de droit.Toutes les branches m’intéressaient, les scientifiques autant que les littéraires. J’éprouvais autant de plaisir à maîtriser certains problèmes de mathématiques ou de physique qu’à entrer dans les œuvres littéraires ou à piocher l’histoire. J’ai abordé avec bonheur des auteurs que je n’avais guère appréciés auparavant, comme Rabelais, Montaigne ou Montesquieu. Analyser et comparer les pensées des classiques du XVII e ; réviser mes préjugés concernant Voltaire, Rousseau ou Diderot ; puis lire ou relire les auteurs des XIX e et XX e siècles. Enfin, mon maître de français a su éveiller mon goût pour les auteurs romands [,,,].

À l’époque, il n’existait pas de maturité artistique, mais nous avons bénéficié de quatre cours de deux heures pour nous préparer à l’examen de dessin. Le maître a su me montrer mes lacunes, mais surtout donner les clefs pour améliorer ma technique. Le résultat était visible d’un cours à l’autre. Grâce à lui, j’ai appris que j’étais capable de créer une œuvre valable.

Les quatre années du Collège du soir m’ont beaucoup apporté. Je pense avoir mieux profité de tout ce que des maîtres, généralement enthousiastes, nous ont dispensé généreusement. J’étais plus réceptive qu’entre 15 et 18 ans. Mon vécu m’a aussi permis de mieux comprendre, d’être plus critique, de prendre du recul.

J’aurais encore beaucoup à dire de cette période féconde de ma vie, pas seulement sur le plan scolaire, mais aussi sur l’esprit de camaraderie qui régnait dans notre groupe.

[…]

Mariette JENNY-LIENGME

Maturité obtenue en 1970

Maître de français et d’allemand

Membre fondateur de l’Association Alice Rivaz

[…]

Retour