Accueil du site
Brèves
La fin du voyage d’Adrien.
2 juin

"Je retrouve Jérémy douze heures plus tard dans l’hôtel le moins cher et le plus pourri de tout Delhi, où il ronge son frein avant de découvrir le nouveau pays qui l’attend. Nous passons trois jours à essayer de nous dire tout ce que l’on voulait, à nous transmettre toutes les émotions qu’on a partagées. Mais en même temps, à quoi bon ? Nous nous retrouverons en Suisse, des rêves plein la tête, pour pouvoir nous rappeler de tout. Je suis par contre bien incapable de profiter de la ville en elle-même. Je voudrais que cette attente puisse prendre fin, que soient terminés ces derniers jours qui s’étirent et se distordent, devenant presque agaçants à force de ne pas passer. Maintenant que j’ai vraiment accepté l’idée de rentrer, je voudrais que ce soit terminé, pouvoir mettre ce retour derrière moi. J’ai l’impression d’être coincé entre deux mondes, plus totalement ici, mais certainement pas encore là-bas, finalement quand même un peu effrayé à l’idée de revoir ma maison, de ne plus bouger tout le temps, ne plus avoir de sac à faire, de visa à demander ou encore de nouvelles personnes à rencontrer tout le temps".

Le dernier texte d’Adrien, à lire ici

 
Avant-dernier texte d’Adrien : Agra et Jaipur
19 mai

"La chaleur ralentit les actions de tous, et un Indien qui, ayant eu la poliomyélite, ne pouvait plus utiliser ses jambes et marchait donc avec ses mains, ses membres inertes regroupés sous lui, que j’ai rencontré le premier jour, et qui me disait vouloir partir le lendemain pour son autre magasin à Manali, se retrouvait à me dire la même chose chaque jour, et nous le retrouvions chaque fois au stand de thé, saluant la ville entière, disant simplement qu’il avait voulu rester un jour de plus. Quel autre rythme que celui de nos envies vaut la peine d’être suivi ? Visiblement, ici, aucun".

A lire ici

 
Adrien est sur la côte de l’Orissa
6 mai

Au bord de la route, près de notre guesthouse, un clochard et un sadhu ayant fait vœu de silence discutent, regards et gestes. Ils m’interpellent, je m’assieds avec eux. Le mendiant, après un moment, se met à me parler de philosophie, de Nietzsche et de Camus : il a visiblement étudié à l’université. Et dire que chez nous on nous apprend encore que les études sont les garants d’une bonne carrière...

Il vit sur la plage avec les chiens errants et pour seul bien un cahier où il peut écrire. Son regard, comme ceux de tant de gens qui n’ont plus rien à espérer, a cette gravité, cette force intérieure qui ne fait que regarder les choses qui passent, prenant chaque moment comme il vient, comme la pierre qui tombe à travers l’eau, sans rien rencontrer d’obstacle, calmement, toujours plus proche du fond. Nous parlons de Herman Hesse, de Siddhartha.

A lire ici.

 
Messages de forums les plus récents

Le Collège Calvin et son architecture XVIe-XXe siècle
    Le Collège Calvin et son architecture XVIe-XXe siècle
    lundi 4 janvier 2010
    Bonsoir et tous mes voeux pour 2010. Permettez-moi de passer par ce lien pour venir aux nouvelles de la commande de ce livre au prix de 55.-, faite au mois de mars ou avril 2009 !! D’avance merci, avec mes meilleures salutations. R. GUIBERT r.guibert@sunrise.ch
    Fil de discussion

1960-1969
    Merci
    mercredi 13 mai 2009

    Un grand merci aux organisateurs et à ceux et celles qui se sont occupés de nous pendant cette merveilleuse soirée !

    Daniel Royer

    Fil de discussion

1970-1979
    1970-1979 Merci à tous ! 090512
    mardi 12 mai 2009
    par Calvingrad

    • Le grand banquet est passé. Ce fut une très grande réussite et une très grande joie de se retrouver avec ses camarades, professeurs et autres connaissances de classes parallèles, etc., après tant d’années, au moins 15 ans, depuis la dernière rencontre de volée. Merci aux bataillons d’organisateurs et de travailleurs pour le gigantissime travail fourni. Notre votée Matu 1971 scientifique a décidé de se revoir pour les 40 ans de la matu en 2011 !

    • A noter : Jean Ivanovitch fait bien partie de la scientifique 1971 et non de la latine 1971 (comme mentionné dans la liste des participants).

    • Pour les camarades de volée : je suis RK

    • Après le banquet du 425e en 1984, et le banquet du 450e, verrons-nous un banquet du 475e en 2034 ? nous aurions alors 83-84 ans ! Espérons que cela pourra-être possible !…



    EE
    Fil de discussion

1960-1969
    1960-1969
    vendredi 8 mai 2009
    par cosendai alain
    Bonjour, Age aidant, je me suis trompé d’année de matu ! J’étais en 1ère latine B en 1965 et non 1966 comme indiqué par erreuir lors de mon inscription au banquet du 9 mai 2009. Est-il possible de corriger cette erreur ? Merci et meilleures salutations. Alain COSAENDAI acosendai@vtx.ch La Chaux-de-Fonds, le 8 mai 2009
    Fil de discussion

1960-1969
    1960-1969
    dimanche 3 mai 2009
    par Boulaz
    bonjour, je pensais avoir été inscrit au repas, et ce n’est pas le cas. est-ce trop tard ?
    Fil de discussion

1950-1959
    1950-1959
    mardi 14 avril 2009
    Il me semble qu’il y a une interversion de convives entres les années 51 et 52 : Luc Joly a passé sa maturité en 1952 Albert Schmid a passé la sienne en section scientifique en 1951. Max Waldburger volée scientifique 1951
    Fil de discussion

Inde
    Inde
    mercredi 28 janvier 2009
    par Adrien
    Merci pour les beaux compliments, et pour les conseils... j’essaye de les mettre en pratique ! pas toujours facile, mais on fait ce qu’on peut. Pour ce qui est de recommencer, j’essaye déjà de prévoir le prochain voyage... Au plaisir de vous rencontrer peut-être en mai ! bonne continuation, Adrien
    Fil de discussion

Cambodge
    Cambodge
    mardi 27 janvier 2009
    par Adrien
    bonjour, Peut-être je ne me suis pas bien exprimé. Ce que je voulais dire n’était en aucun cas qu’ils étaient résignés et que cette résignation les poussait à rester passif : ce que j’ai ressenti, et ce en parlant à des gens qui avaient eux même subi l’exil pendant la période Khmer rouge, était que, ces gens, forcément très marqué par ce qui leur était arrivé, le prenait de manière très stoïque, avec un sourire un peu triste, et résigné dans le sens ou ils acceptaient ce qui était arrivé, tout en le dépassant, et en essayant de construire là-dessus. Quand aux jeunes, je ne sais pas, j’ai moins eu de conversations avec eux sur la guerre. En tout cas, merci pour la remarque. Adrien
    Fil de discussion

Inde
    Inde
    jeudi 25 décembre 2008
    par Yves BERTRAND
    Cher Adrien cet après-midi 25 décembre, depuis Pékin où je réside. J’ai par hasard regardé le site Calvin pour le 450è et suis tombé sur votre voyage. J’ai lu d’une traite tous vos articles et cela m’a ramené en arrière de 54 ans... Après la matu latine... J’ai parcouru, vécu, travaillé dans les régions que vous avez sillonées (sauf la Sibérie) et aussi dans d’autres. Bravo vous avez appris la relativité des critères socialement et politiquement corrects et si vous ne vous laissez pas trop corrompre par le système du moule,vous ne perdrez pas vos rêves et la connaissance de l’humanité vraie. Vous allez rentrer à Genève, bon courage ! cela ne va pas être facile pour vous deux. Il va falloir expliquer ... ! On ne vous comprendra pas vraiment !!! Peut-être au plaisir de vous rencontrer au 450è en mai prochain. La rapidité de vos passages dans autant de pays ne vous a pas toujours permis d’en saisir l’essence culturelle mais vous en êtes à vos débuts, continuez fermement dans cette voie de l’expérience et surtout prenez votre temps, étudiez l’Histoire, lisez la poésie, pénétrez vous des musiques de l’âme et recommencez. Amicalement Yves Bertrand (matu 54) ybertconsult@hotmail.com
    Fil de discussion

Cambodge
    Cambodge
    samedi 1er novembre 2008
    par jean-pierre

    Bonjour,

    Bravo pour votre sensibilité dans la description de l’atmosphère d’Angkor. C’est très beau.

    Dommage que vous ne connaissiez pas les Cambodgiens et projetiez sur eux vos représentations, qui les victimisent. Heureusement ils ne sont pas si passifs que cela ! Cette résignation que vous avez trouvez comme dénominateur commun englobe des jeunes dynamiques, aimant les clips romantiques, très mondialisés tout comme des personnes ayant personnellement souffert et réagi en fonction de leur culture et ressources personnelles : j’en connais beaucoup et j’ai cherché sur qui je pourrais poser le diagnostic de résigné...J’en ai trouvé, mais presque pas,beaucoup moins que chez mes contemporains helvètes : ces difficultés réelles, profondes, parfois intolérables amènent mieux à se situer dans la vie et à réagir que notre consommation généralisée

    Merci de m’avoir permis de réfléchir sur ce sujet. Très cordialement Jean-Pierre

    Fil de discussion

Donnez votre avis
    Nos très chers professeurs
    mercredi 20 février 2008
    par Qu’a le vin

    Nos très chers professeurs :

    Au Collège Calvin, nous avons tous eu des professeurs qui ont marqué pour des (bonnes ou mauvaises ) raisons nos mémoires désormais vacillantes.

    Nous nous bornerons à évoquer, en ces temps du ’non smoking correct’, un prof de maths qui, tout en nous laissant tirer en douce sur l’un de ses odorants boyards, nous racontait l’ épopée de première bombe A française dans le désert algérien ; on gardera aussi un souvenir adolescent et ému de ces longues quêtes à la recherche d’une ’irrealität’ à tout jamais perdue entre les yeux bleus aux reflets lapis lazuli et de la longue chevelure blonde d’une bien réelle professeur d’allemand ; on saluera encore la hardiesse vestimentaire d’un professeur d’histoire (encore en exercice aux dernières nouvelles) qui portait cravate à rayures club et costume blanc à la Joe Dassin, en un temps oú les ravages post-soixante-huitards nous obligeaient au port de l’uniforme jeans-pull en laine écrue ; comment ne pas oublier ce sosie de Michel Tournier qui nous a tant donné le goût pour l’écriture, et ce prof de philosophie dont le charme latin ne laissait pas insensible une grande partie de la gent féminine ; d’autres nous inspiraient respect mêlé de crainte, telle cette enseignante qui, dans le froid sépulcral d’un barraquement digne du Stalag 13, nous traitait de veaux- alors que nous nous essoufflions sur le rythme lénifiant d’une bourdonnante scantion. A tous et à toutes un grand merci---- Puissions nous (utinam + subj) en retrouver certains l’année prochaine !

    Fil de discussion

Sibérie
    Flatage
    lundi 10 décembre 2007
    par Le Zinc
    Juste pour dire que c’est des textes superbes sur un site nikel. Meme moi je m’y retrouve. Bravo la famille....
    Fil de discussion

Donnez votre avis
    Nos très chers professeurs
    mardi 25 septembre 2007
    par GuiZmo

    De nos très chers professeurs (prenez ici le terme professeur tant au masculin qu’au féminin évidemment, dans notre société épicène, nous ne pouvons nous limiter à écrire au masculin), il y en a certains que nous n’oublierons jamais. En effet, il y en a certains dont nous retiendrons leur rhétorique hors du commun et leur passion d’enseigner, alors que pour d’autres nous retiendrons les interminables tirades et les heures de colle reçu ça ou là pour un soupir placé au mauvais moment. Cependant, n’est-ce pas ici le doux stress des écoliers que de s’imaginer, durant leurs deux mois de vacances estivales, quels professeurs leurs mèneront la vie dure durant l’année ? Je me souviens encore de ce jour de rentrée quand empli d’un stress nous nous dirigions vers les panneaux d’affichage et que nous découvrions dans quel galère nous allions nager cette année. Quel souffrance intense de se rendre compte que notre camarade de classe de l’année d’avant n’est plus avec nous, quelle délivrance que de voir le cancre de la classe redoubler, mais surtout quel supplice de se rendre compte que nos peurs de l’été étaient fondées. Cette nostalgie des jours de rentrée est aujourd’hui plus qu’un lointain parfum. Je me vois aujourd’hui, dans le monde du travail, parler avec les anciens Calvinistes de cette époque où nos professeurs étaient toute notre vie. Se souvient-on encore de ce professeur de Chimie, qui derrière ses lunettes, nous rappelait la loi de Boyle ou encore que la solution allait précipiter, mais "ça vous le serez en assistant au prochain cours". N’oublions pas les cours de Biologie avec ce professeur, qui derrière son masque de plongée, nous vantait les spécificités du poulpe et qui avec sa voie grave et sa cigarette nous rappelait à l’ordre lorsque nous nous égarions avec nos vélos. De nos chers doyens, nous aurons tous notre préférée ou notre préférée, mais il y en a un qui dans ma mémoire restera croché. Ce même doyen qui jamais ne laissa fermé sa porte à mes interminables complaintes. Derrière son sourire malicieux et fort sympathique, n’oubliait jamais de me rappeler que mon devoir d’élève était de passer l’année et de réussir la matu. Mon très cher doyen, n’aviez-vous pas vu que, comme le renard, ma ruse m’appelait à partir de ce collège sans ma matu ? Perché du haut de son clocher ou plutôt sous ses mansardes ancestrales, la Direction et les services sociaux attendaient impatiemment les élèves égarés ou désobéissants afin de les remettre sur le droit chemin. Que le chemin peut paraître long durant ces quatre années passées entre les 4 bâtiments et cette cour où nous voudrions nous perdre pour ne pas rentrer en classe.

    De ces magnifiques années, je retiendrai et j’arborerai un joli T-Shirt au nom de ma volée et de longs et magnifiques souvenirs ternis ici ou là par des remontrances de professeurs pas très délicats.

    Fil de discussion