Impressum

Un professeur tend un piège à ses élèves plagieurs

vendredi 30 mars 2012
par  François Daniel Giezendanner
popularité : 1%

 Mener une petite expérience pédagogique

Un professeur de lettre de lycée qui a l’impression de travailler dans le vide en corrigeant des dissertations décide de passer à l’action pour lutter contre le plagiat en tendant un piège à ses élèves de première.

La démarche est décrite dans l’article :

La description est édifiante et la conclusion cinglante :

  • 3/4 des élèves ont recopié à des degrés divers des textes trouvés sur le net.
  • Les élèves utilisent sans discernement les informations de Wikipédia même lorsqu’une erreur ou imprécision s’y glisse.
  • En la circonstance les sites de corrigés payants ne semblent pas vérifier le contenu qui leur est fourni.
  • La maîtrise du Web par certains professeurs est meilleures que par les élèves !

Ainsi les étudiants ont véritablement besoin d’une éducation à l’usage des outils d’informations modernes.

Et l’auteur de conclure :

« Pour ma part je ne crois pas du tout à une moralisation possible du numérique à l’école. Et je défends ce paradoxe : on ne profite vraiment du numérique que quand on a formé son esprit sans lui ».


 Une démarche qui « sent la poudre »

Loys Bonod aurait dû se douter que sa démarche avait une odeur de souffre et qu’elle était susceptible de déclencher de nombreuses réactions. Cela n’a pas manqué et je vous en livre ci-dessous une partie :

  • Comment « apprendre mieux » avec les nouvelles technologies ?
    (A Paris, le 26/03/2012) En réponse à Monsieur Loys BONOD relayé par la dépêche AFP : « Un professeur piège ses élèves et prouve qu’ils recopient sur Internet » où est citée notre entreprise Oodoc.com.
    http://www.oodoc.com/presse-2012-03-26.php

Commentaires  (fermé)

Logo de Loys
mercredi 12 février 2014 à 21h47, par  Loys

Les réponses aux critiques de mon expérience sont sur le forum de la vie moderne : http://www.laviemoderne.net/forum/comment-j-ai-pourri-le-web-reactions-critiques

Où l’on s’aperçoit que mes détracteurs ont tous beaucoup de points communs.

Logo de Pierre Noguer, Professeur des écoles
lundi 2 avril 2012 à 08h59, par  Pierre Noguer, Professeur des écoles

Bonjour

tendre un piège à ses élèves, pourquoi pas ? Mais la démarche qui consiste à infiltrer Wikipedia pour finalement le truffer de fausses infos, c’est lamentable.

Et si ce super justicier du web se posait aussi des questions sur lui-même, ses méthodes pédagogiques, le climat de confiance (ou pas) qu’il instaure avec ses élèves ?

Il est content manifestement de passer à la télé et de tenir la vedette. C’est pitoyable.

Mieux vaut faire moins de bruit (de buzz) et chercher d’autres moyens d’être efficace.

Publications

Derniers articles publiés

Navigation

Articles de la rubrique

  • Un professeur tend un piège à ses élèves plagieurs

Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Météo

Ville(SZXX0013)

Conditions météo à 0h0
par weather.com®

Inconnu

°C


Inconnu
  • Vent :  km/h - N/D
  • Pression :  mbar tendance symbole
Prévisions >>


Annonces

Embed Twitter « responsive tools »

Pour le faire sur votre site


Embed Twitter « RWD »

Pour le faire sur votre site


Embed Twitter dans SPIP

Pour le faire sur votre site


Sites favoris


9 sites référencés dans ce secteur

Brèves

Intel Booste les Mac (Une réalité de quelques mois) : remarquables accélérations sur MacBook, Mac mini et iMac

jeudi 22 juin 2006

En prenant le virage Intel, Apple a pu mettre sur le marché au début 2006 des machines beaucoup plus rapides.

Par exemple, Apple éjecte l’ancien processeur de son iBook (et aussi de son iMac et de son Mac mini) pour le remplacer par sa toute nouvelle technologie dite « Intel Core Duo » , un processeur à double cœur d’exécution, ainsi MacBook est de 5.1 à 5.7 fois plus rapide que le plus rapide des iBook.

Sur la page

sont reportés les résultats comparatifs des tests de performance de MacBook :

  • Calcul d’entiers : 5.1 fois plus rapide qu’iBook G4 ;
  • Calcul en virgule flottante : 5.7 fois plus rapide qu’iBook G4.

De même sur la page

sont reportés les résultats comparatifs des tests de performance du nouveau Mac mini :

  • Calcul d’entiers : 4.7 fois plus rapide que le précédent modèle de Mac mini ;
  • Calcul en virgule flottante : 5.5 fois plus rapide que le précédent modèle de Mac mini.

Et aussi sur la page

sont reportés les résultats comparatifs des tests de performance du nouveau iMac :

  • Calcul d’entiers : 3.2 fois plus rapide que le précédent modèle de iMac ;
  • Calcul en virgule flottante : 2.1 fois plus rapide que le précédent modèle de iMac.

Quelques liens intéressants

UNE EVOLUTION QUI SE PREPARE : vers une interface plus adaptée aux utilisateurs dans les stations de travail et les portails - Looking Glass 3D (LG3D) - Apparence de Verre 3D (Première partie : le cas de Sun et du logiciel Libre)

lundi 7 novembre 2005

Looking Glass est une interface utilisateur graphique 3D, intuitive et conviviale, qui fonctionne actuellement sur Sun Solaris, Linux et Microsoft Windows. Elle est développée par Sun - en étroite collaboration avec la communauté Open source - comme un nouveau paradigme succédant à celui de l’ensemble des interfaces 2D actuelles, tous systèmes confondus. En bref, c’est l’abandon des multiples fenêtres en deux dimensions superposées les unes aux autres pour faire place aux multiples fenêtres 3D dynamiques et translucides toutes visibles simultanément dans un environnement tridimensionnel interactif.

JPEG - 14.9 ko

Dans cette interface, les fenêtres sont zoomées (agrandissement et miniaturisation), tournées (rotations à la fois verticales et horizontales), renversées pour révéler une autre application sur le dos (laquelle permet ainsi l’ajout de notes au verso des fenêtres ou sur leur côté à la manière d’une classification de bibliothèque), ou arrangée verticalement, ou côte à côte comme des livres sur une étagère, ou emportées au bord de l’écran dans une vue panoramique. Une application peut être adossée au dos d’une autre, simplifiant la bascule entre deux programmes. Les utilisateurs entrent dans un environnement 3D et accèdent à des applications et à des dossiers de manières nouvelles et intéressantes. Les fenêtres sont rendues translucides de manière à ce que l’utilisateur puisse voir une fenêtre derrière d’autres, et se déplacer sur le dessus de bureau, comme elles le feraient dans un monde virtuel. L’utilisateur peut lancer plus d’une douzaine d’applications simultanément et se déplacer de l’une à l’autre de manière intuitive, conviviale et sans le moindre effort dans l’environnement 3D.

Pour en savoir plus