http://icp.ge.ch/sem/sites/spip.php...

Suivez la souris !

Promenade sur des sentiers pédagogiques
vendredi 25 février 2005
par  Delley Jean-Marie, Glinz Marie-Louise
popularité : 6%

GIF - 2.3 ko

Scénario No 404

Titre Suivez la souris !

Promenade sur des sentiers pédagogiques           

Auteur(s) Marie-Louise Glinz & Jean-Marie Delley            
Canton(s) Genève            
Date de création 7.1.2005            
Branche Toutes         
degré d’école Secondaire I - Secondaire II (formation générale) - Secondaire II (formation professionnelle) - Tertiaire - Enseignement spécialisé - Autre -        
Version 1.0           
Langue français
Type de démarche pédagogique Auto-formation, jeu, démarche personnelle
Objectifs d’apprentissage - être amené à porter un regard global sur le métier d’enseignant et à le considérer comme toujours évolutif
- être capable de s’auto-former           
Résumé Ce scénario invite à découvrir le site de Jacques Nimier qui fournit de très nombreuses pistes qui amènent à porter un regard global sur le métier d’enseignant et à le considérer comme toujours évolutif. Deux modes d’accès sont proposés : l’un sous forme d’une balade individuelle guidée, l’autre plus ludique avec une dimension de partage en groupe.
Mots-clés métier d’enseignant, questionnement, site ressource, auto-formation, Nimier, vision globale, modèle

Quelques remarques en guise de problématique générale

Le métier d’enseignant aujourd’hui

On peut succintement résumer ainsi le parcours professionnel qui conduit un individu à devenir enseignant dans le secondaire genevois :
- il s’agit d’abord d’avoir été soi-même élève pendant une quinzaine d’année et d’être suffisamment marqué par ce parcours scolaire pour choisir de faire son métier dans ce domaine ;
- s’en suit une formation initiale universitaire, dans une ou plusieurs disciplines, caractérisée par un accent quasi exclusif mis sur les savoirs académiques ;
- enfin, le futur enseignant genevois suit 2 années de formation pédagogique bipolaire, à la fois théorique (didactique générale et de discipline, pédagogie, MITIC, …) et en emploi (titulaire de classes, stages, …).
Ce parcours type peut conduire à commencer son travail d’enseignant à 24 ans et à le poursuivre jusqu’à la retraite, une quarantaine d’années plus tard.

Les risques d’un tel modèle

Un tel modèle très centré sur le microcosme genevois (cf le concept de formation par des pairs) peut induire chez des enseignants une pratique du métier qui se base essentiellement sur la reproduction de ce qu’ils ont eux-mêmes vécu comme élèves.
Etant donné l’évolution de la société, il est pourtant facile d’imaginer que les maîtres vont être soumis durant leur carrière à des types d’élèves, à des situations et à des demandes - de l’institution, des parents, des élèves eux-mêmes - fortement différents de ceux auxquels ils auront été préparés.
On peut alors poser un certain nombre de questions :
- comment les enseignants peuvent-ils faire face à ces défis ?
- comment éviter le repli sur soi et sur ses pratiques ?
- comment évoluer dans son métier ?
- comment de pas sombrer dans la fatigue, le cynisme ou le découragement si on sent que les outils dont on dispose ne sont plus en adéquation avec les besoins ?
On pourrait considérer que les enseignants doivent pouvoir compter sur leurs capacités propres pour trouver des solutions, mais ce serait alors mettre sur leurs épaules un poids peut-être trop lourd. Une autre solution consiste à leur offrir tout au long de leur carrière la possibilité de se former, de se ressourcer, d’évoluer, d’échanger leurs pratiques, questions, soucis, …
. Ceci passe par un concept de formation continue adéquat.

L’importance de la formation continue tout au long de la carrière

Il est donc indispensable que les enseignants puissent tout au long de leur carrière jouir d’une formation continue de première qualité. De nombreux professionnels du monde de l’éducation - enseignants, chercheurs, … - développent des réflexions, outils, … qui permettent de soutenir les praticiens exclusivement concernés par le travail sur le terrain, l’enjeu est donc moins de mener des réflexions que de créer des passerelles efficaces pour relier ces deux mondes.

Une offre sous-utilisée et sans grand impact sur les pratiques

Actuellement, on observe qu’une grande majorité des enseignants genevois ne participent pas ou peu aux activités de formation continue proposées par l’institution, alors que l’offre est importante. Par ailleurs, ceux qui le font reconnaissent que malgré un enthousiasme ponctuel souvent réel, l’impact à plus long terme sur leurs pratiques reste très faible. Nous n’allons pas ici tenter d’analyse de la situation pour comprendre les raisons de ce relatif échec de la formation continue, mais juste lancer quelques pistes de réflexion :
- y a-t-il dans le « terreau » genevois une culture de la formation continue ?
- si non, comment la développer ?
- l’offre est-elle inadaptée - trop standardisée, répétitive, … ?
- qu’en est-il de lieux qui permettent de conjuguer pratique et recherche (cf les IREM en France pour les mathématiques) ?
- l’organisation du métier d’enseignant quasi exclusivement centrée sur le travail en classe favorise-t-elle le partage, le travail collaboratif, la formation en institution ?

Valoriser les aspects psycho-pédagogiques

On demande de plus en plus aux enseignants d’assumer des tâches d’éducation, auprès d’élèves - enfants ou adolescents - qui vivent une période clé de leur développement, pas toujours d’une façon harmonieuse. Il convient donc d’inclure dans une offre de formation continue des outils de nature psycho-pédagogiques qui permettent aux enseignants de porter un regard adéquat sur leurs élèves, leurs classes, voire même sur l’institution.
On sait également que la personnalité du maître a un impact énorme sur l’efficacité de l’enseignement ; il pourrait alors être judicieux d’offrir également aux enseignants des outils qui les invitent à pouvoir porter un tel regard sur eux-mêmes pour entrer dans une dynamique de développement personnel qui se répercuterait forcément dans leurs pratiques professionnelles.

Une modeste tentative

Après le module de formation IV, nous sommes tombés sur le site personnel de Jacques Nimier. Jacques Nimier a été maître de mathématiques, docteur en lettres et psychologie, professeur de psychologie clinique, sous-directeur de l’IUFM et vice-directeur de l’IREM de Reims (voir ici).
Actuellement à la retraite, il propose sur son site personnel une quantité impressionnante de ressources en relation avec différents aspects du métier d’enseignant : contenus d’enseignement, évaluation, gestion de groupe, stress, formation d’adulte, psychologie et outils de développement personnel ou de groupe, (voir ici).
Ces pages, créées par une personne ressource de confiance, nous ont immédiatement paru totalement en adéquation avec notre problématique, en proposant un modèle de vision globale du métier d’enseignant et des contenus qui permettent d’apporter des réponses aux questions que nous posons.
Par ailleurs, mises à disposition via le web et permettant de passer d’un sujet à l’autre et de créer des liens grâce à la technologie des hyperliens, elles entrent dans le cadre de l’utilisation des MITIC dans le champ scolaire.
Enfin, le type de formation que nous proposons ci-dessous nous permet d’essayer de varier un peu le cadre généralement assez classique (une journée ponctuelle en présence) dans lequel les formations continues sont habituellement organisées.
Destinée à tout enseignant intéressé, il va s’agir de suivre le guide (la souris !) durant une promenade personnelle dans la forêt pédagogique virtuelle créée par Jacques Nimier.


La promenade
version balisée (genre parcours vita)

Instructions

Lire le texte ci-dessous. Trois chapitres contenant plusieurs postes vous proposent des réflexions contenues dans le site de Jacques Nimier. Le premier parle des élèves, le deuxième des classes et le troisième des maîtres.
A chaque poste, une visite est proposée au lecteur s’il choisit de cliquer sur le lien ; libre à lui de la sauter, d’effectuer une visite en surface ou en détails.
Seul compte le plaisir et l’intérêt de la découverte …

Balade

Je suis un(e) jeune enseignant(e) qui débute dans le métier … ou alors un(e) maître(sse) expérimenté(e ) … peut-être même un(e ) professeur(e ) proche de la retraite …
Ce soir après mes cours je rentre chez moi, un peu désabusé (ée)… cette journée a été bien longue, je ne suis pas très satisfait(e) de mes cours, mes élèves ont été bien difficiles aujourd’hui …
Je médite cette citation affichée dans toutes les salles des maîtres :
« Notre jeunesse (...) est mal élevée. Elle se moque de l’autorité et n’a aucune espèce de respect pour les anciens. Nos enfants d’aujourd’hui (...) ne se lèvent pas quand un vieillard entre dans une pièce. Ils répondent à leurs parents et bavardent au lieu de travailler. Ils sont tout simplement mauvais.
Je n’ai aucun espoir pour l’avenir de notre pays, si la jeunesse d’aujourd’hui prend le commandement demain. Parce que cette jeunesse est insupportable, sans retenue, simplement terrible.
Notre monde a atteint un stade critique. Les enfants n’écoutent plus leurs parents. La fin du monde ne peut pas être loin.
Cette jeunesse est pourrie depuis le fond du coeur. Les jeunes gens sont malfaisants et paresseux. Ils ne seront jamais comme la jeunesse d’autrefois. Ceux d’aujourd’hui ne seront pas capables de maintenir notre culture ».

Bien sûr, je sais que la première citation est de Socrate (470-399 av. JC), la deuxième d’Hésiode (720 av. JC), la troisième d’un prêtre égyptien (1000 av. JC) et que la dernière, vielle de plus de 3000 ans, a été découverte sur une poterie d’argile dans les ruines de Babylone ...

Mais tout de même, n’y a-t-il pas un problème chez mes élèves qui ne sont plus motivés par rien ?

Chapitre 1 : mes élèves

Poste 1 : La motivation des élèves

Ce manque de motivation les conduit-il à l’ennui ?

Poste 2 : L’ennui

Mais en fait, finalement, comment mes élèves se représentent-ils leur milieu scolaire ?

Poste 3 : Vous avez peut-être déjà parcouru les pages suivantes durant le poste 2, si c’est le cas, passez directement à la suite !

Les représentations des élèves

- Sur le cours
- Sur le professeur
- Sur l’élève
- Sur l’établissement

Maintenant que je les connais un peu mieux, tout va s’arranger ! Demain, c’est sûr, je les regarderai différemment !

Le lendemain, de retour chez lui(elle) :

Je ne comprends pas, je les ai regardés comme jamais, mais rien n’a changé, toujours le même bloc vautré devant moi, passant de la phase de résignation impassible à celle des pics d’excitation incontrôlables (en tout cas incontrôlés !). Est-ce parce que je n’ai pas adapté mon attitude ?

Poste 4 :

- L’autorité
- Quelle relation à l’adolescent
- La bonne distance
- La communication enfants-adultes

Oui, j’en suis persuadé(e), j’ai tout à gagner à mieux connaître mes élèves !

Poste 5 : Ce poste résume tous les documents disponibles sur les élèves, leurs représentations et sur les attitudes des maîtres ; certains ont été proposés dans les postes précédents, d’autres pas. Libre à vous de continuer à fureter dans ce chapitre ou de passer à la suite.
Mieux connaître mes élèves

Chapitre 2 : ma classe …

Méta-remarque : incapable de décider si la visite est plus stimulante avec les textes de lien entre les postes, ou simplement plus « cucul », nous arrêtons ici de les mettre et attendons vos réactions soit pour supprimer ceux du chapitre 1, soit pour en rajouter dans les chapitres 2 et 3 !

Poste 6 : Comment se transmettent et comment se construisent les connaissances ?
Poste 7 : Instruire ou éduquer ?
Poste 8 :
- Comment je me représente ma classe
- Qu’est-ce que l’écoute d’un groupe ?
Poste 9 : L’interaction prof-classe
Poste 10 :Qu’en est-il de la place de ma branche par rapport aux autres ?
Poste 11 :Est-ce qu’internet va changer les modes de relations ?
Poste 12 :Et qu’en est-il de l ’évaluation ? (Tout un dossier à disposition ! )

Chapitre 3 : et si je m’occupais un peu de moi …

Poste 13 : La connaissance de soi
- l’écoute,
- la psychothérapie,
- les groupes d’analyse
Poste 14 :Le stress
Poste 15 :
- le soutien en cas d’aggression
- le manque de soutien et de reconnaissance
- la médiation
Poste 16 : Une liste de sites, revues, associations à propos des dimensions psychologiques de complexité et de système
PS : Pour finir en beauté : "Les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur", d’Edgar Morin
info sur le site (ici) ou entièrement téléchargeable sur Internet (ici )

Alternative : la promenade, version forêt profonde (genre Petit Poucet )

Moins structurée que la promenade version parcours vita, cette version propose une autre découverte du site de Jacques Nimier. Elle permet dans un premier temps à chaque participant une découverte individuelle plus libre, puis dans un second temps un partage des trouvailles entre enseignants, qui peut-être alors se sentiront plus parties d’un système éducatif commun.
La séquence proposée comprend donc 3 phases distinctes : un bref entraînement en groupe, la promenade proprement dite en solitaire, et une phase d’échange des expériences en groupe.

Première phase (par exemple au SEM, de 8h 30 à 10h) :

Introduction à l’utilisation d’une plate-forme genre twiki, paramétrée de sorte que les interventions ne puissent être simultanées, mais qu’une fois une modification enregistrée, tous les participants puissent immédiatement retravailler le document.
Explication par un spécialiste suivie par un bref exercice par 2 sur ordinateur, pour s’assurer que tout le monde a bien compris la technique.
Cette phase peut être supprimée si on considère la maîtrise d’un tel outil comme un prérequis.

Deuxième phase : un premier jeu

Les participants reçoivent un kit comprenant :
- les mots-clés suivants pour guider l’esprit de leur recherche : relier, interaction, association d’idées, délibération, système éducatif ...
- quelques "cailloux blancs » (virtuels ou non…) pour marquer les endroits à retenir,
- la liste des participants
- l’adresse du site de Jacques Nimier

Les règles du jeu sont :

- Dessiner sur une grande feuille une ligne horizontale (qui départagera le monde du dessus et celui du dessous …)
- Parcourir rapidement le site de Nimier et sélectionner ce qui "happe" au passage, dresser une courte liste des références ainsi trouvées
- Trier dans ces références, poser un « caillou » au dessus de la ligne pour les éléments partageables avec d’autres gens, ou sous la ligne pour ce qui restera très "perso", trésor enfoui et à déterrer plus tard... ; ajouter les titres à côté des cailloux .

Commencer la lecture (environ 1h)

Troisième phase : un second jeu

Règles du 2ème jeu
Buts : tenter de relier ses découvertes avec celles des autres sous forme d’un texte ouvert (de type "cadavre exquis").
Méthode :
- chaque participant choisit un de ses thèmes marqués par un « caillou »
- rédige un début de texte concernant la problématique
- le dépose sur le twiki.
- chacun continue le texte(ou les textes) de son choix
- le processus peut se poursuivre jusqu’à … (à déterminer)

En fin de session, les participants tâcheront d’évaluer le degré de chaos ou de sens obtenu par ces diverses manipulations.

La nuit étant tombée entre temps, chacun occupera sa soirée intelligemment avec un des « cailloux » enfouis sous terre…Ils (elles) poursuivent seul(es) l’exploration à la maison (« seul(e)s dans la forêt sombre »...).


Suites possibles

- Trouver d’autres modèles d’interface entre le contenu de site et d’éventuels personnes intéressées par ces contenus
- Mener une réflexion sur la façon d’évaluer l’impact de ces lectures sur les pratiques des lecteurs enseignants
- Développer des outils (virtuels, lieux de rencontre, ...) qui permettent de mettre en relation les enseigants de terrain avec le monde de la recherche afin qu’ils se complètent mutuellement


Suite au module présenté par Bernard Vuillemier sur la modélisation, nous nous étions posé la question de savoir dans quelle mesure des concepts plus psychologiques que techniques pouvaient être modélisés de la façon qui nous était présentée. Une approche de tels modèles - communication non violente (CNV), programmation linéaire neurolinguistique (PNL), approche systémique, … - nous paraissait non seulement intéressante dans le cadre de l’enseignement, mais de plus en plus nécessaire ! Nous nous sommes donc dans un premier temps demandés si le logiciel Stella pouvait nous permettre d’appréhender ces domaines, mais assez vite, nous avons choisi une approche plus qualitative et moins scientifique. Soucieux de recadrer notre projet de scénario, nous avons alors décidé de faire quelques recherches sur la systémique, que nous ne connaissions pas du tout, mais qui nous attirait (à cause du mot « système » ?). Après quelques « surfs » sur le web, nous sommes par hasard tombé sur le site de Jacques Nimier qui nous a immédiatement séduits (par son contenu et non par son graphisme !). Cette personne semblait en effet avoir regroupé dans son site personnel tout un chemin de vie d’enseignant, incluant nombre d’aspects qui se recoupaient avec notre projet, mais aussi d’autres sujets incontournables liés à la pédagogie : évaluation, gestion de groupes, approches psychologiques diverses, formation des maîtres, ... Parallèlement, nous souhaitions réaliser un scénario de formation qui sorte du modèle « classique », (encore la modélisation !) - à savoir une journée de formation pour un groupe de maître en présence - et trouver quelque chose de plus original. Cela nous a conduits à proposer de découvrir ce riche contenu au travers d’une « balade individuelle guidée » en suivant la souris … Durant les échanges que nous avons eus, nous nous sommes rendus compte que nous fonctionnions de façons très différentes, Marilou très intuitive, développant des approches originales, Jean-Marie beaucoup plus rationnel. Cela nous a conduit à proposer ces deux alternatives de visite du site de Jacques Nimier. Cette découverte a été l’un des moments forts de cette collaboration, nous avons pu concrètement apprendre l’un de l’autre un fonctionnement différent et nous nourrir de cela pour essayer d’ajouter quelques cordes à nos arcs de F(F(F)).


Commentaires  forum ferme